septembre 2011

se désinscrire

Vous êtes ici : Accueil » Coup de projecteur

Fluofarma : 3 questions à Jean-Baptiste Pin : « Notre savoir-faire est reconnu à l’international »

La recherche française est réputée partout dans le monde, mais souvent, les sociétés dans ce domaine sont assez peu visibles sur le marché mondial.

Ce n’est pas le cas de Fluofarma. Spécialisée dans le criblage fonctionnel pour la découverte de nouveaux candidats médicaments, l’entreprise pessacaise connaît depuis 2003 une croissance régulière. Jean-Baptiste Pin, Directeur Général, souhaite renforcer le développement à l’international.

Quelles sont les dates clés dans l’histoire de votre entreprise ?
Fluofarma a été créée en novembre 2003 par trois chercheurs : le Docteur Piazza, de l’institut François Magendie à Bordeaux, spécialisé en neurosciences ; le Docteur Ichas, chercheur à l’Inserm sur l’Université Bordeaux 2, puis à l’institut Bergonié (spécialiste du cancer) et le Docteur De Giorgi, également chercheur à l’Inserm spécialisée dans le cancer.

Nous avons signé avec notre premier client début 2005 (auparavant, l’année 2004 a permis de structurer l’entreprise par des investissements dans des machines haute technologie). Ensuite, chaque année fut un succès : Fluofarma connaît une progression régulière de son CA comprise entre 20% et 50%.

Quel est le concept développé par Fluofarma ?
Les trois docteurs associés ont voulu créer un brevet qui réponde aux attentes des industriels dans le domaine du criblage cellulaire des molécules.

Ce criblage, que dans notre milieu nous appelons « High Content Screening », est un mélange d’outils et de techniques à base de protéines fluorescentes (d’où notre nom) permettant de mesurer des évènements moléculaires ou cellulaires.
Autrement dit, nous utilisons la fluorescence afin que la cellule fournisse des informations sur un évènement précis qui l’affecte, comme par exemple la prolifération anormale, dans le cas d’une cellule cancéreuse ou sa réaction à un élément toxique.

Ces tests à haut débit interviennent au tout début du processus industriel de développement des médicaments, qui dure 10 à 12 ans. Fluofarma met aussi à profit son expertise pour réaliser des tests à façon pour ses clients : il s’agit du bioengeneering. Elle développe également une activité du biocomputing à travers des logiciels spécifiques permettant d’interpréter les résultats du bioscreening. Cette maîtrise de toute une plateforme de technologies fait de Fluofarma une entreprise ultra performante et innovante dont le savoir-faire est recherché dans de nombreux pays, notamment aux Etats-Unis.

Pourquoi êtes-vous implantés au sein de l’Institut Européen de Chimie et de Biologie à Pessac ?
Simplement parce que les docteurs Ichas et Piazza ont, ou ont eu tous deux, une unité de recherche au sein de cet institut. Fluofarma reste proche des laboratoires des fondateurs de la technologie que nous utilisons. Ici, nous tissons des liens universitaires privilégiés.
C’est important quand on sait que nos collaborateurs sont, au minimum, ingénieurs ou docteurs en biologie. Cette implantation n’empêche pas d’être ambitieux : nous avons un bureau aux USA et nous souhaitons poursuivre notre développement à l’international… D’ailleurs, les trois quarts de nos clients sont étrangers. Fluofarma travaille déjà avec plus de 40 sociétés pharmaceutiques majeures et de biotechnologies à travers le monde…

Fluofarma en Aquitaine, c’est :
- 25 personnes.
- Un CA de 2,2 millions d’euros (2010).

Pour mieux le connaitre

Jean-Baptiste Pin - 37 ans, marié, deux enfants
- Lieu de naissance : Montpellier

- Parcours scolaire et professionnel : Master en biochimie et en administration des entreprises (Montpellier). Consultant sénior dans le domaine des biotechnologies chez Ernst & Young. Directeur Général de Fluofarma.

- Sa devise dans la vie ou le travail : « Là où il n’y a pas de risque, il n’y a pas de plaisir ».
- Son livre de chevet : Le « Elle » de ma femme ! Sinon, j’aime les livres liés aux objets déco des années 70.
- Ce qu’il préfère dans son travail : Savoir que l’on est utile à l’Homme.
- Un autre métier : Entrepreneur dans le domaine du service aux personnes.
- Une personne qui l’inspire : Le chanteur Julien Doré, pour son look, sa désinvolture et son deuxième degré.
- Une invention qu’il aurait aimé trouver lui-même : Les ampoules électriques. D’ailleurs, je collectionne les lampes !
- Son prochain voyage : Berlin.
- Une phobie : Les requins.
- Un hobbie : Le bricolage orienté bois et déco.
- Son péché mignon : Le bon vin.

FLUOFARMA
2 Rue Robert Escarpit
33600 PESSAC
Tél. : 05 40 00 30 60



Site développé sous SPIP 1.9.2f (squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.5b2)
RSS