septembre 2011

se désinscrire

Vous êtes ici : Accueil » Bordeaux Connexion

« Bordeaux peut séduire les entreprises indiennes »

Hervé Gaudin, bordelais d’origine et créateur d’Adexpat, nous livre ses réflexions sur les opportunités qu’offre ce « pays-continent ».

Bonjour Hervé, peux-tu nous dire quelles sont tes attaches avec Bordeaux ?
Mes racines naissent dans les Vignes et poussent jusqu’à l’Océan ! Avec un aïeul maitre de chai, un autre tonnelier, un capitaine du Frigorifique, je ne peux pas renier ce passé familial qui coule dans mes veines, qui bouillonne chaque fois que je rentre et que l’avion survole Cordouan ou s’approche de Mérignac.

Qu’est ce qui t’a poussé à t’expatrier et créer ton propre cabinet de consulting ?
J’ai fait mes classes dans une multinationale, TNT, avec toujours un œil sur les Ressources humaines et l’international. Le reste a été une question d’opportunité : transfert chez TNT UK en 1999, puis intégration d’un cabinet de gestion d’expatriés à Londres. Lorsque celui-ci a coulé en 2004 j’ai investi toutes mes économies (5000 € !), repris trois salariés et créé ADEXPAT, aujourd’hui à Londres, Paris et Nice. Je ne remercierai jamais assez les clients qui ont accepté de payer leurs factures en avance ! Aujourd’hui nous gérons la mobilité internationale - expatriés, impatriés ou solutions sans filiales - pour de grands groupes comme des PME sur 60 pays. L’équipe et l’offre s’agrandissent constamment. C’est une aventure palpitante, un bain interculturel constant et une remise en question incessante.

Et maintenant tu développes Adexpat depuis la Norvège…
La Norvège est une jolie histoire. 15 jours après avoir rencontré ma future épouse à Londres, elle m’annonce son départ pour Oslo. Je n’ai pas hésité une seconde et me suis organisé pour la rejoindre après notre mariage à New-Delhi dont elle est originaire. Les norvégiens sont à la fois humbles et pleins de talent. Evidemment le vin de Bordeaux a été notre premier terrain d’entente. La Norvège est un pays magnifique, à visiter absolument par les amoureux du sport, la nature, de la mer et des montagnes.

Tu connais bien l’Inde. Penses-tu que Bordeaux ait le potentiel pour attirer des entreprises indiennes ?
Les sociétés indiennes qui se tournent vers l’Europe pensent d’abord à la Grande-Bretagne (54% en 2009), pour des raisons historiques, linguistiques, migratoires, une excellente desserte maritime et aérienne, et la flexibilité de l’emploi. Avec 11%, la France est en troisième position derrière l’Allemagne 13% et gagne peu à peu du terrain.

Bordeaux et l’Aquitaine présentent des atouts non négligeables : port en eaux profondes avec une desserte autoroutière sur tout le sud de l’Europe, de l’espace, des universités reconnues, des pôles de compétences technologiques et un climat tempéré. Si l’on pouvait y ajouter des zones franches de charges sociales apportant aussi une flexibilité de l’emploi, des services et administrations anglophones, des programmes d’échanges de savoir-faire, un renforcement des échanges universitaires, un vol Bordeaux-Mumbai ou Delhi hebdomadaire, je suis convaincu que nous pourrions créer de réels échanges entre Bordeaux et l’Inde.

Ensuite, diriger cette offre vers les secteurs qui s’exportent le plus tels que : informatique, pharmaceutique, biotechnologies, consulting engineering et services aux entreprises. Et je commencerai en contactant, en Grande-Bretagne, les entreprises indiennes déjà présentes et qui vont se tourner vers le reste de l’Europe pour compenser les difficultés économiques de la Grande-Bretagne !



Site développé sous SPIP 1.9.2f (squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.5b2)
RSS